Tobie Nathan | Confluences

Ethnopsychiatre & écrivain

Ethnopsychiatre, disciple de Georges Devereux, professeur de psychologie, quelque temps diplomate, Tobie Nathan est également essayiste et romancier.
Sa famille est contrainte à quitter Le Caire en 1957 et s’installe en France où Tobie Nathan fait ses études et obtient la naturalisation à l’âge de vingt-et-un ans. En 1976, il soutient une thèse de doctorat de psychologie, sous la direction de Georges Devereux, puis en 1983, une thèse d’État lettres et sciences humaines, intitulée Apports de l’ethnopsychiatrie à la théorie et à la pratique de la clinique psychanalytique, sous la direction de Didier Anzieu à l’université Paris X-Nanterre. Il devient assistant, puis maître-assistant à l’université de Paris XIII, et depuis 1986, professeur de psychologie clinique et pathologique à l’université de Paris VIII. De 1996 à 2000, il dirigea l’UFR « Psychologie, pratiques cliniques et sociales » de l’université de Paris VIII, et de 2000 à 2003, l’Institut d’enseignement à distance (IED) de la même université. Il fut à la tête de la délégation de l’Agence universitaire de la Francophonie pour l’Afrique des Grands Lacs, à Bujumbura (Burundi) (2003-2004), puis conseiller de coopération et d’action culturelle à l’ambassade de France en Israël (2004-2009), et à Conakry en Guinée (2009-2011). Tobie Nathan a fondé le Centre Georges-Devereux, centre universitaire d’aide psychologique aux familles migrantes, au sein de l’UFR « Psychologie, pratiques cliniques et sociales » de l’université de Paris VIII – centre qu’il a dirigé de 1993 à 1999.
Romancier et dramaturge, il a publié dix romans et, en collaboration, une pièce de théâtre.

Bibliographie

Romans
Saraka Bô, éd. Rivages, 1993
Dieu-Dope, éd. Rivages, 1995
La Damnation de Freud, théâtre, avec Isabelle Stengers et Lucien Hounkpatin, éd. Les Empêcheurs de penser en rond, 1997
613, éd. Odile Jacob, 1999; éd. Rivages/Noir, 2004
Serial Eater, éd. Rivages, 2004
Mon patient Sigmund Freud, éd. Perrin, 2006
Qui a tué Arlozoroff ?, éd. Grasset, 2010
Ethno-roman (roman), éd. Grasset, 2012 – Prix Femina essai8 2012
Les Nuits de patience, éd. Rivages, 2013 ; éd. Rivages/Noir, 2015
Ce pays qui te ressemble, éd. Stock, 2015
Textes scientifiques
Quand les dieux sont en guerre, éd. La Découverte, 2015
L’Étranger ou Le Pari de l’autre, éd. Autrement, 2014
Psychothérapie démocratique, Coécrit avec Nathalie Zajde, éd. Odile Jacob, 2012.
La Nouvelle interprétation des rêves, éd. Odile Jacob, 2011.
La Guerre des psy. Manifeste pour une psychothérapie démocratique, éd. Les Empêcheurs de penser en rond, 2006.
Ceci n’est pas une psychothérapie… L’ethnopsychiatrie au Centre Georges-Devereux, (en collaboration avec Émilie Hermant), in Le Livre noir de la psychanalyse (sous la direction de Catherine Meyer),  éd. Les Arènes, 2005.
Du commerce avec les diables, éd. Les Empêcheurs de penser en rond, 2004.
Nous ne sommes pas seuls au monde, éd.Les Empêcheurs de penser en rond, 2001, Le Seuil, 2015.
Éléments de psychothérapie, in Psychothérapies (en collaboration avec Alain Blanchet, Serban Ionescu et Nathalie Zajde), éd. Odile Jacob, 1998.
Manifeste pour une psychopathologie scientifique, avec Isabelle Stengers, Médecins et sorciers, éd. Odile Jacob, 1998.
L’Influence qui guérit, éd. Odile Jacob, 1994.
Psychanalyse païenne. Essais ethnopsychanalytiques, éd. Bordas, 1993 ; éd. Odile Jacob, 2000.
Fier de n’avoir ni pays ni amis, quelle sottise c’était ! Principes d’ethnopsychanalyse, éd. La Pensée sauvage, 1993.
Le Sperme du Diable. Éléments d’ethnopsychothérapie, PUF, 1988.
La Folie des autres. Traité d’ethnopsychiatrie clinique, éd. Dunod, collection « Psychismes », 1986
Psychanalyse et copulation des insectes, éd. La Pensée sauvage, 1983.
Sexualité idéologique et névroses. Essai de clinique ethnopsychanalytique, préface de Georges Devereux, éd. La Pensée sauvage, 1977.