Katia Azoulay | Confluences

Écrivaine

Crédit Photographique :
DR

C’est avec Essaouira-Mogador Parfums d’Enfance publié au début des années 90 que Katia Azoulay et deux de ses amies d’enfance écrivaient la première page de cette belle histoire qui est celle de la renaissance de la Cité des Alizés.

Katia Azoulay, qui appartient à une grande famille de la communauté juive souirie très présente et très active dans la vie sociale de la ville, se retrouve naturellement aux cotés de son époux André Azoulay, né comme elle à Essaouira-Mogador, nommé entre-temps Conseiller du Roi du Maroc et qui très tôt se mobilise pour redonner toutes ses chances à leur ville natale, objet de leurs passions communes.

Ses chances, c’est dans le patrimoine de la ville, son histoire et l’exceptionnelle richesse de sa diversité culturelle, musicale et artistique qu’Essaouira va puiser les exceptionnelles ressources de son rebond et de son retour dans le club des grands succès du Maroc de ces vingt dernières années.

Katia Azoulay est de tous les combats, de tous les défis qui vont jalonner ce retour en grâce qui s’exprime par les valeurs emblématiques de l’ouverture spirituelle, du dialogue des cultures et des religions auxquelles Essaouira-Mogador a choisi de s’identifier sans la moindre frilosité.

Pour prendre la juste mesure du chemin parcouru, Katia Azoulay et ses deux co-auteurs publient en 2007 un deuxième livre Essaouira-Mogador, Passion Partagée et cette fois-ci les trois Souiries sont parties à la rencontre de personnalités qui dans le monde entier et comme Alberto Ruy Sanchez ont rencontré et aimé Essaouira.Véritable kaléidoscope où s’expriment peintres, écrivains, comédiens, architectes, journalistes de renommée internationale, cet ouvrage marquera aussi d’une pierre blanche la saga contemporaine d’Essaouira riche du regard et de la sensibilité de tous ceux et celles qu’elle a eu le talent de séduire.

Bibliographie

  • Essaouira-Mogador Parfums d’Enfance, 1991
  • Essaouira-Mogador, Passion Partagée, 2007

Informations complémentaires

Invitée Lettres d’automne 2010