Nedim Gürsel | Confluences

Auteur

Crédit Photographique :
Nedim Gursel ©DR

Nedim Gürsel est né en 1951 à Gaziantep, en Turquie, dans le sud-est de l’Anatolie. Il passe son enfance à Balikesir, dans la région de Marmara, où il est élevé par son grand-père – « un homme pieux, soucieux du droit, qui raconta à son petit-fils les divers épisodes de la vie du Prophète » –, mais dit avoir oublié dans un premier temps cette enfance islamique.
Il part faire ses études en tant qu’interne au lycée français de Galatasaray d’Istanbul, où il passe son baccalauréat en 1970.
Il publie très jeune des textes dans des revues littéraires. Il obtient ensuite une bourse pour étudier les lettres modernes à la Sorbonne à Paris. En 1979, il soutient, sous la direction de René Etiemble, sa thèse de littérature comparée sur Louis Aragon et Nazim Hikmet.
Il rentre à Istanbul mais très vite, le coup d’État de 1980 scelle son destin : ses deux premiers romans, Un long été à Istanbul, et La première femme, traduits en français et récompensés, sont interdits pour offenses à l’armée et à la morale publique. Nedim Gürsel doit s’exiler. Il reprend le chemin de la France où, soutenu par Étiemble et Louis Bazin, il intègre le CNRS en 1982.
Depuis, il partage son temps entre Istanbul et Paris ; il enseigne la littérature turque à la Sorbonne et à l’Institut national des langues et civilisations orientales, et est directeur de recherche en littérature comparée au CNRS.
« Grâce à ce travail de chercheur, j’ai pu échapper aux loups qui avaient pris le pouvoir dans mon pays. Cette liberté, cette sécurité m’ont donné le sentiment du devoir.
J’ai désormais plusieurs vies à mener : enseignant-chercheur et écrivain. Je ne sais pas ce que je serais devenu si je n’avais pu tout faire à la fois. »

Nedim Gürsel est l’auteur d’une trentaine de romans, nouvelles, essais et récits de voyage, pour la plupart traduits en français et dans une quinzaine d’autres langues. Son écriture est multiple dans ses formes, mêlant lyrisme, romance, humour, épique, érotisme, ou même fantastique.
En 1986, il obtient avec La Première Femme le prix Ipekci pour sa contribution au rapprochement des peuples grec et turc.
Nedim Gürsel a également obtenu le prix de la meilleure nouvelle décernée par Radio France internationale en 1990. Il reçoit le 23 juin 2004 le prix littéraire « Fernand Rouillon » sous l’égide du Comité France-Turquie à l’Office de tourisme de Turquie à Paris, présidé par Marc Bernardin.
Nedim Gürsel s’inspire dans son œuvre de ses exils successifs et élabore une topographie symbolique qui sous-tend tous ses récits : le désert, dont l’avancée menace périodiquement les terres fécondées par l’homme ; la steppe et son déroulement infini ; Istanbul, point d’ancrage du désir et de la nostalgie ; Paris enfin, capitale de la solitude et de l’exil, mais aussi lieu de l’écriture.
Il aborde aussi bien la Turquie contemporaine que la Turquie de l’époque ottomane, mélangeant passé et présent. La ville d’Istanbul, capitale des deux grands empires byzantin et ottoman, revient fréquemment dans son œuvre, marquée par la nostalgie et par l’exil.

Son roman Les Filles d’Allah (2009) ayant été jugé blasphématoire, il a fait l’objet d’un procès en Turquie où il risquait de six mois à un an de prison. Soutenu par de nombreuses personnalités, il a été acquitté en juin 2009.

Bibliographie

(Extrait)

Romans, récits, nouvelles,

  • Belle et rebelle, ma France, éditions Empreinte temps présent, 2011
  • La Turquie, une idée neuve en Europe, Empreinte temps présent, 2009
  • Les Filles d’Allah, Seuil, 2009
  • De ville en ville. Ombres et traces, éditions Seuil, 2007
  • Besançon, nature intime du temps, éditions Empreinte temps présent, 2007
  • Au pays des poissons captifs – Une enfance turque, éditions Bleu autour, 2004
  • Retour dans les Balkans, récit, éditions Tribord, 2004
  • Balcon sur la Méditerranée, nouvelles, éditions Seuil, 2003
  • Les Turbans de Venise, roman, éditions Seuil, 2001
  • Mirages du sud, récits, l’Esprit des péninsules, 2001
  • Le Derviche et la ville, récit, Fata Morgana, 2000
  • Extase à Konya (prix France Inter 2000), éditions Fata Morgana
  • La Mort de la mouette, nouvelles, Fata Morgana, 1997
  • Oiseaux aveugles (traduit par Timour Muhidine, illustration de Utku Varlik, tiré à 700 exemplaires), Fata Morgana, 1997
  • Un Turc en Amérique : Journal des deux rives, Publisud, 1997
  • Le Roman du conquérant, roman, éditions Seuil, 1996
  • Hôtel du désir, récit, Arcane, 1995
  • Le Journal de Saint-Nazaire – Saint-Nazaire Günlügü, Meet, 1995
  • Le Dernier tramway, nouvelles, éditions Seuil, 1991
  • Un Long été à Istanbul, récit, éditions Gallimard, 1991
  • La Première femme, roman, éditions Seuil, 1986
  • Les Lapins du commandant, nouvelles, éditions Seuil, 1985

Essais

  • Nâzim Hikmet, le chant des hommes, essai, éditions Le Temps des Cerises, 2010
  • Yachar Kemal – Le Roman d’une transition, essai, éditions L’Harmattan, 2003
  • Nâzim Hikmet (1903-1963) poète révolutionnaire, essai, éditions Le Temps des Cerises, 2002
  • Le Mouvement perpétuel d’Aragon – De la révolte dadaïste au monde réel, essai, éditions L’Harmattan, 2000
  • Paysage littéraire de la Turquie contemporaine, essai, éditions éditions L’Harmattan, 2000
  • Nazim Hikmet et la littérature populaire turque, essai, éditions L’Harmattan, 2000

 

Informations complémentaires

Invité Lettres d’Automne 2011