Vénus Khoury-Ghata | Confluences

Auteur

Crédit Photographique :
Vénus Khoury-Ghata ©Bruno Nuttens

Écrivain d’origine libanaise, Vénus Khoury-Ghata est née en 1937 dans le village de Pshery au nord du Liban, où vécut également Khalil Gibran, l’auteur du Prophète.
Son père, interprète auprès du Haut Commissariat français du temps du Mandat, a donné à ses quatre enfants le goût de la langue française, en particulier à son fils Victor, mais ce dernier a sombré dans la drogue et la maladie mentale. Vénus Khoury-Ghata consacre un roman à ce frère qui lui a donné le goût d’écrire, Une maison au bord des larmes.

Après des études de lettres, Vénus Khoury-Ghata débute sa carrière de journaliste à Beyrouth, où elle publie son premier recueil de poèmes, Les visages inachevés, en 1966. Après avoir divorcé de son premier mari, elle épouse en 1972 le médecin et chercheur français Jean Ghata et s’installe à Paris. Le thème de la mort, si présent dans son œuvre, s’impose à elle à la fois du fait de la guerre civile et de la mort de son mari en 1981.
Vénus Khoury-Ghata s’est toujours partagée entre deux pays et entre deux langues, l’arabe maternel et le français. Ardente porte-parole de la francophonie, poète, nouvelliste, romancière, elle a bâti au fil des ans une œuvre riche qui a été couronnée de nombreux prix : prix Guillaume Apollinaire pour Les Ombres et leurs cris ; prix Mallarmé pour Monologue du mort ; prix Jules Supervielle pour Anthologie personnelle ; prix Baie des Anges pour Le Moine, l’ottoman et la femme du grand argentier ; Grand prix de poésie de la SGDL en 1993 pour l’ensemble de son œuvre ; Grand prix de poésie de l’Académie française en 2009 ; Grand prix Guillevic de poésie de Saint-Malo en 2010; Prix Goncourt de la poésie pour l’ensemble de son oeuvre en 2011; Prix de poésie Pierette-Micheloud pour Où vont les arbres ? en 2012 et Prix Renaudot du livre de poche pour La fiancée était à dos d’âne en 2015.
Vénus Khoury-Ghata est aussi membre de dix jurys littéraires dont ceux de l’Académie Mallarmé, et des Prix France-Québec, Max-Pol Fouchet, Senghor, Yvan-Goll ainsi que du Prix des Cinq Continents de la Francophonie.
Elle a été faite Chevalier de la Légion d’honneur le 15 décembre 2000 et Officier de la légion d’honneur le 13 juillet 2010.

Bibliographie

(Extrait)

Romans

  • La femme qui ne savait pas garder les hommes, Mercure de France, mai 2015
  • La fiancée était à dos d’âne, Mercure de France, 2013 ; Folio, 2014
  • Le facteur des Abruzzes, Mercure de France, 2012 ; Folio, 2013
  • La fille qui marchait dans le désert, Mercure de France, 2010
  • La Revenante, L’Archipel, 2009
  • La Maison aux orties, Actes Sud, 2006 ; Babel, 2008
  • Sept pierres pour la femme adultère, roman, Mercure de France, 2007
  • Une maison au bord des larmes, roman, Balland, 1998, Babel, 2005
  • Le Moine, l’ottoman et la femme du grand argentier, Actes Sud, 2003
  • Privilège des morts, roman, Balland, 2001

Poésie

  • Les mots étaient des loups, Poésie Gallimard, Gallimard (n°514), février 2016
  • Le Livre des suppliques, Mercure de France, janvier 2015
  • Où vont les arbres ?, Mercure de France, 2011
  • À quoi sert la neige ?, poèmes pour enfants, Le Cherche Midi, 2009
  • Anthologie personnelle, Actes Sud, 1997, rééd. 2009
  • Les Obscurcis, Mercure de France, 2008
  • Six poèmes nomades, avec Diane de Bournazel, Al Manar, 2005
  • Quelle est la nuit parmi les nuits, Mercure de France, 2004
  • La voix des arbres, poèmes pour enfants, Le Cherche Midi, 2001
  • Compassion des pierres, La Différence, 2001
  • Version des oiseaux, Ill Velikovic, François Jannaud, 2000
  • Alphabets de sable, Ill Matta, tirage limité, Maeght, 2000

Actualités

Le livre des suppliques

Le livre des suppliques
Editions Mercure France
Parution :  janvier 2016

«S’il faut croire la rumeur 
tu battais les arbres femelles, 
battais le pavé et les tapis sur les rambardes 
entrais dans les livres des deux pieds 
faisais le tri entre enfants raturés par les parents et ceux fignolés par les cigognes 
entrais des deux pieds visiteur attendu de tout temps 
accrochais des baisers rutilants sur les joues des filles 
des médailles de maréchal-ferrant sur les épaulettes des garçons 
puis repartais des deux pieds sans avoir salué la femme grise qui tournait le potage 
sans décliner le jour et ton nom»
Vénus Khoury-Ghata

——————————————

Ce document a ŽtŽ crŽŽ et certifiŽ chez IGS-CP, Charente (16)

Les mots étaient des loups
Préface de Pierre Brunel
Collection Poésie/Gallimard (n° 514), Gallimard
Parution : 18-02-2016

Née à Beharré, au Liban, en 1937, Vénus Khoury-Ghata est romancière, traductrice, mais avant tout poète. Bien que passée d’une langue à l’autre, de l’arabe au français, elle continue pourtant à se demander : «Comment pleurer dans une langue qui n’est plus la tienne / quel nom donner aux murs non imprégnés de ta sueur». Interrogation surprenante, tant Vénus Khoury-Ghata maîtrise les deux idiomes, mais interrogation féconde puisqu’elle ne cache pas les affrontements toniques qui résultent d’une telle coexistence conflictuelle : «J’ai raconté mon enfance en prose et en poésie, précise-t-elle, dans un français métissé d’arabe ; la langue arabe insufflant sa respiration, ses couleurs à la langue française si austère à mon goût. Je devais écarter ses cloisons étroites pour y insérer ma phrase arabe galopante, ample, baroque. Avec le recul, je pense que la langue française m’a servi de garde-fou contre les dérapages. J’ai fini par me trouver à l’aise dans son espace. Mais je continue à entendre un bruit de fers qui s’entrechoquent comme pour un duel dès que je prends la plume. Deux langues s’affrontent sur ma page et dans ma tête.»

D’où le titre quasi manifeste de cette anthologie : «Les mots étaient des loups». Car les mots sont les garants agressifs d’un conflit permanent qui convoque, et intervertit souvent, les vivants et les morts. Cependant ces mots qui allument leur mèche à on ne sait quel silex vont jusqu’à faire une escorte céleste aux pas des hommes sur terre :

«Que savons-nous des sables enfouis sous les pieds des caravanes
devenus silice
éclats de verre
vénérés par les chameliers comme débris d’étoile?»
Vénus Khoury-Ghata

 Site de l’éditeur : www.gallimard.fr

 

À paraître
 L’ensemble de son oeuvre poétique sera publiée en mars 2016 à l’occasion du 50e anniversaire de la collection Poésie/Gallimard.

A participé à :

  • Les rendez-vous de Confluences
  • Les rendez-vous de Confluences 2016
  • Lettres d'automne
  • Lettres d'automne 2015

Informations complémentaires

Vénus Khoury-Ghata fut l’invitée d’honneur du festival Lettres d’Automne 2011
Invitée Lettres d’Automne 2014