Léonora Miano

Écrivaine

Crédit Photographique :
JF Paga-Grasset

Léonora Miano est née à Douala, au Cameroun, où elle passe son enfance et son adolescence, avant de s’installer en France, en 1991. Elle vit actuellement au Togo.

Son œuvre est constituée à ce jour de neuf romans, dont L’Intérieur de la nuit (Plon, 2005), Contours du jour qui vient (Plon, prix Goncourt des lycéens 2006), Les Aubes écarlates (2009), deux recueils de textes courts, deux textes théâtraux, La Saison de l’ombre (Grasset, prix Femina  2013), Crépuscule du tourment 1et 2 (Grasset, 2016 et 2017) et un recueil de conférences. Par ses écrits, Léonora Miano vise à restituer les peuples sub-sahariens et afrodescendants dans la globalité de l’expérience humaine. Elle a reçu le Grand Prix Littéraire de l’Afrique Noire pour l’ensemble de son œuvre en 2012.

Bibliographie

Rouge impératrice, Grasset, 2019
Crépuscule du tourment 2. Héritage, Grasset, 2017
L’impératif transgressif, L’Arche Editeur, 2016
Crépuscule du tourment, Grasset, 2016
Red in Blue, théâtre, L’Arche Éditeur, 2015
La saison de l’ombre,
roman, Grasset, 2013 – Prix Fémina 2013 & Grand Prix du Roman Métis 2013
Habiter la frontière, conférences, L’Arche Editeur, 2012
Écrits pour la parole, théâtre, L’Arche Editeur, 2012 – Prix Seligmann contre le racisme 2012
Ces âmes chagrines, roman, Plon, 2011
Blues pour Elise, roman, Plon, 2010
Les aubes écarlates, roman, Plon, 2009 – Trophée des arts afro-caribéens 2010
Soulfood équatoriale, nouvelles, Nil, 2009 – Prix Eugénie Brazier (coup de coeur) 2009
Tels des astres éteints, roman, Plon, 2008
Afropean soul, nouvelles, Flammarion, 2008
Contours du jour qui vient, Plon, 2006 – Prix Goncourt des lycéens 2006, Prix de l’Excellence camerounaise 2007
L’intérieur de la nuit, Plon, 2005 – Prix Louis Guilloux 2006, Prix René Fallet 2006, Prix Montalembert du premier roman de femme 2006, Prix Grinzane Cavour 2008

Actualités

Rouge impératrice, Grasset, 2019
Rouge impératrice est le 16e livre de Léonora Miano, paru chez Grasset le 21 août 2019 et sélectionné dans la deuxième liste du Goncourt.

Présentation de l’éditeur
Katiopa, un continent africain prospère et autarcique, presque entièrement unifié, comme de futurs Etats-Unis d’Afrique, où les Sinistrés de la vieille Europe sont venus trouver refuge.
Tout commence par une histoire d’amour entre Boya, qui enseigne à l’université, et Illunga, le chef de l’État. Une histoire interdite, contre-nature, et qui menace de devenir une affaire d’Etat. Car Boya s’est rapprochée, par ses recherches, des Fulasi, descendants d’immigrés français qui avaient quitté leur pays au cours du XXIème siècle, s’estimant envahis par les migrants. Afin de préserver leur identité européenne, certains s’étaient dirigés vers le pré carré subsaharien où l’on parlait leur langue, où ils étaient encore révérés et où ils pouvaient vivre entre eux. Mais leur descendance ne jouit plus de son pouvoir d’antan  : appauvrie et dépassée, elle s’est repliée sur son identité.
Le chef de l’État, comme son Ministre de l’intérieur et de la défense, sont partisans d’expulser ces populations inassimilables, auxquelles Boya préconise de tendre la main.
La rouge impératrice, ayant ravi le cœur de celui qui fut un des acteurs les plus éminents de la libération, va-t-elle en plus désarmer sa main  ?
Pour les «  durs  » du régime, il faut à tout prix séparer ce couple…

Tribune
Le 6 février 2020, elle co-signe (avec notamment Caroline Laurent, Valentine Goby, Léonor de Récondo, ainsi que des auteurs comme Olivier Adam et David Foenkinos) une tribune « Nous ne serons plus celles qui encaissent ».
Ces personnalités du monde littéraire réclament la fin de la « loi du silence » après l’affaire Matzneff.

Informations complémentaires

Invitée Lettres d’Automne 2014