Archives des Lettres d'automne - Confluences

Nancy Huston : Francia

By | | No Comments

Nous avons le plaisir de retrouver Nancy Huston, qui fut l’invitée d’honneur du festival Lettres d’automne en 2003, à l’occasion de la parution de son livre : Francia (Actes Sud, 2024).
Lire un extrait

Une rencontre proposée et organisée par la librairie La femme renard et animée par Caroline Berthelot, libraire.
Réservation directement auprès de la librairie au 05 63 63 22 66

 

Jeudi poésie

By | | No Comments

Un nouveau rendez-vous littéraire est proposé à La petite comédie par les membres de l’association Confluences. Il s’agira de lire et d’échanger autour de la poésie contemporaine et d’en souligner à la fois sa diversité et sa vivacité. Un rendez-vous ouvert à tous : fervents lecteurs de poésie, novices ou curieux ! Venez si vous le souhaitez avec des lectures à partager.

Cette fois-ci, il sera question de l’autrice Jeanne Benameur qui fut invitée d’honneur du festival Lettres d’automne en 2012.

 

Jeudi poésie

By | | No Comments

Un nouveau rendez-vous littéraire est proposé à La petite comédie par les membres de l’association Confluences. Il s’agira de lire et d’échanger autour de la poésie contemporaine et d’en souligner à la fois sa diversité et sa vivacité. Un rendez-vous ouvert à tous : fervents lecteurs de poésie, novices ou curieux ! Venez si vous le souhaitez avec des lectures à partager.

Cette fois-ci, il sera question de la poétesse coréenne Jong. N. Woo et notamment de son recueil L’ébranlement (éd. Jacques Brémond – 2007).
Née à Séoul, en Corée du Sud, Jong. N. Woo poursuit, depuis plusieurs années, sa recherche poétique à Paris. Écrit, à la fois en coréen et en français, des poèmes et des articles dans de nombreuses revues.
Elle est la traductrice de Maurice Blanchot en coréen.

 

Dédicaces avec Gwénaël David

By | | No Comments

A la librairie Le bateau livre

Invité de la programmation scolaire du festival littéraire Lettres d’automne 2023, retrouvez  Gwénaël David pour un rendez-vous tout public.
Un temps d’échanges informels et de dédicaces autour de ces livres est proposé au public et aux lecteurs à la librairie Le bateau livre.

Dédicaces avec Flore Vesco

By | | No Comments

A la librairie Le bateau livre

Invitée de la programmation scolaire du festival littéraire Lettres d’automne 2023, retrouvez Flore Vesco pour un rendez-vous tout public.
Un temps d’échanges informels et de dédicaces autour de ces livres est proposé au public et aux lecteurs à la librairie Le bateau livre.

Dédicaces avec Henri Meunier

By | | No Comments

A la librairie Le bateau livre

Invité de la programmation scolaire du festival littéraire Lettres d’automne 2023, retrouvez Henri Meunier pour un rendez-vous tout public.
Un temps d’échanges informels et de dédicaces autour de ces livres est proposé au public et aux lecteurs à la librairie Le bateau livre.

Dédicaces avec Magali Bardos

By | | No Comments

A la librairie Le bateau livre

Invitée de la programmation scolaire du festival littéraire Lettres d’automne 2023, retrouvez  Magali Bardos pour un rendez-vous tout public.
Un temps d’échanges informels et de dédicaces autour de ces livres est proposé au public et aux lecteurs à la librairie Le bateau livre.

Cercle de lecture : Clara Arnaud

By | | No Comments

Pour ce rendez-vous, les membres du Cercle de lecture profitent de la présence de l’autrice Clara Arnaud lors du festival Lettres d’automne pour lire son roman paru chez Actes Sud en 2021 : La verticale du fleuve.

Informations et résumé de l’histoire par l’éditeur
Acte Sud

« El Encanto, Amérique centrale »

Un matin de mai 2012, Suyapa, une militante écologiste de la communauté lenchua, est retrouvée dans son lit, le corps criblé de balles. Sa mort brutale réunit ses trois filles, Marla, Indira et Luisa, dans le village de montagne qui les a vues naître, et que les deux aînées ont quitté depuis dix ans. Pour elles, il ne fait aucun doute que le mobile est politique : leur mère dérangeait, elle a été réduite au silence. Un an après les faits, l’ouverture du procès des meurtriers présumés coïncide avec le lancement de la construction d’un barrage hydroélectrique, contre lequel Suyapa s’est longtemps bat tue. Un édifice monumental, qui domestiquera le cours du río Lindo, fera de leur bourgade une pionnière en matière d’énergies renouvelables, mais altérera à jamais la terre de leurs ancêtres et son écosystème. Divisées sur la question, les filles de Suyapa s’émancipent peu à peu de la figure tutélaire de leur mère et voient disparaître le monde de leur enfance, tandis qu’affluent des centaines d’ingénieurs et d’ouvriers, pour qui le chantier représente tout à la fois la promesse d’emplois et de meilleurs lendemains, un terrain de jeu où assouvir leurs ambitions et leurs pulsions démiurgiques.

Mettant en scène les enjeux politiques et les aléas écosystémiques d’une modernité « verte », Clara Arnaud signe une épopée familiale et chorale envoûtante, chargée de lyrisme et d’âpreté.

Ouvert non seulement aux membres de Confluences mais à toutes celles et ceux qui le souhaitent, le Cercle de lecture de Confluences se réunit toutes les 4 à 6 semaines pour débattre autour d’un livre choisi par les participants.
Retrouvez les débats du Cercle de lecture de Confluences dans leur émission sur CFM Radio.

Jeudi poésie

By | | No Comments

Un nouveau rendez-vous littéraire est proposé à La petite comédie par les membres de l’association Confluences. Il s’agira de lire et d’échanger autour de la poésie contemporaine et d’en souligner à la fois sa diversité et sa vivacité. Un rendez-vous ouvert à tous : fervents lecteurs de poésie, novices ou curieux ! Venez si vous le souhaitez avec des lectures à partager.
Pour cette deuxième, nous avons choisi d’échanger autour des livres de Jean d’Amérique, dont le dernier recueil en date Quelques pays parmi mes plaintes est de sorti aux éditions Cheyne.
Nous avions eu le plaisir de recevoir Jean d’Amérique en résidence à Montauban en 2021.


Quelques pays parmi mes plaintes
(extraits)
Chez nous
pourtant
les arbres poussent drus
qui tiennent avenir
dans une racine
nommée
DOULEUR

ô pays, un mur guette ta voix sans relâche… que tes ailes-silex
le ravagent jusqu’à la plus fine poussière, et tu réapprendras
l’adresse de respirer, chanson-pluie qui arrose les clartés neuves,
et même blessés tes ciels n’auront point compétence de mourir, ils
enseigneront à nos étoiles des lendemains sans fêlure